Guinée: Dr Ousmane Kaba s'insurge contre une décision du Gouvernement...

A la Une
Typography

KANKAN-La décision du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique d’exclure les universités privées dans l’orientation des bacheliers fait des grincements de dents.

Cette mesure prise par le gouvernement risque d’avoir de « lourdes conséquences », selon Dr Ousmane Kaba, fondateur de l'Université privée KOFFI ANAN. Le leader du parti PADES (Parti de Démocrates pour l'Espoir) qui a été interrogé par notre correspondant basé à Kankan a soutenu que cette décision pourrait entraîner une baisse de la qualité de l'enseignement supérieur.

« La première conséquence de cette décision c'est qu’il y aura une baisse de la qualité de l'enseignement supérieur en Guinée. Parce que les universités publiques n’ont pas assez de places. Et il n’y a pas eu suffisamment d'investissement dans les universités publiques. Lorsque le Général Lansana Conté avait décidé d'associer les écoles privées à l'enseignement supérieur, c'est parce que les bacheliers n'avaient pas des places », a rappelé ce fondateur d’école privée.

Dr Ousmane Kaba observe qu’en Côte d'Ivoire, lorsque le président Alhassane Ouattara est arrivée au pouvoir, il a mis dans la seule université d'Abidjan 140 milliards de franc CFA alors qu’en Guinée il n’y a pas eu d'investissement.

« L'année dernière il y avait eu 36 000 orientés dans les universités publiques et ceux-ci n’ont toujours pas de place. Et cette année on va ajouter 23 000. Où ils vont s’assoir ? Dans quelles conditions vont-ils étudier ? », s’interroge l’ancien ministre de l’économie et des finances. 

Il soutient qu’on fait échouer les candidats pour ne pas qu'il y ait des étudiants orientés dans les universités privées.

« C'est l'avenir des gens qui va être bloqué au bac, certains vont redoubler d'années en années, c'est donc une génération qui est sacrifiée. Tandis que les dirigeants soustraient leurs enfants pour les amener à l'extérieur pour étudier », dénonce le leader du PADES.

Dr Ousmane Kaba craint que cette mesure du Gouvernement n’accentue le chômage. « Les personnes qui travaillent dans les universités privées notamment les enseignants vont se retrouver au chômage, parce que très bientôt certaines universités privées vont fermer », prévient-t-il, ajoutant que « c'est un mauvais signal qu'on envoi au secteur privées en général ».

A noter que le Gouvernement justifie cette décision par le fait que cette année, les institutions d’enseignement publiques ont une large capacité d’absorption des tous les admis au bac qui est de 23.156.

 

De Kankan, Amadou Oury Souare

Pour Afriçaguinee.com

Tél. : (00224) 656 44 26 28 

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS