Koubia : Jacqueline Sultan promet de l’aide aux producteurs en détresse

guinee
Typography

En tournée depuis lundi dans la région administrative de Labé, la ministre de l’Agriculture Jacqueline Marthe Sultan et sa délégation étaient mardi 12 septembre à Koubia dans le cadre du suivi et de la supervision de la campagne agricole 2017.

Du district de Koundjeya à Koubia-Centre en passant par la sous-préfecture de Missira et le district de Saré Kindja, la délégation a eu à visiter plusieurs champs, des tête-à-tête avec les producteurs. Des expositions de produits locaux ont été également organisées pour la mission ministérielle.

D’entrée de jeu, la ministre de l’Agriculture a rappelé l’objet sa mission. Selon Jacqueline Sultan, cette visite vise à rencontrer et à écouter tous les producteurs évoluant dans la préfecture de Koubia.

«Nous savons tous que la campagne agricole démarre aux environs du 15 mai et qu’à date, nous faisons toujours des missions d’évaluation pour suivre et voir comment la campagne agricole se déroule dans les préfectures et dans les régions. Donc, si vous nous voyez ici aujourd’hui, c’est pour évaluer la campagne agricole dans Koubia. Nous avons été interpellés par le DPA (directeur préfectoral de l’agriculture) sur des événements qu’ont vécus les agriculteurs de Koubia. Cela a été d’abord l’attaque des chenilles sur les productions agricoles, on n’a aussi appris qu’il y a des zones qui ont été inondées. Donc, nous sommes venu compatir et voir ce qu’ils ont à nous dire », a-t-elle laissé entendre.

Thierno Malal Sow, producteur et chef du district de Koundjeya, y est allé de son mot: «les chenilles nous ont causés d’énormes ennuis cette année dans les champs et plantations ici, à Koundjeya. Aussitôt alertés, les techniciens sont venus à notre rescousse et nous ont formés sur des méthodes de riposte. Une option qui a bien marché car, l’usage du produit qu’ils ont apporté, a permis d’écarter la menace. Mais avant cela, les chenilles ont dévasté assez de champ, par exemple, à Bhoundou Timbo et Koundjaya. C’est tout les maïs qui ont été décimés.»

À Missira, les producteurs se sont plaints de la faiblesse des précipitations. «D’habitude, on gagne de l’eau à suffisance à partir du mois d’août. Mais cette année, Ce fut le contraire car, il n’y a pas eu assez d’eau. La preuve est que cela fait maintenant 21 jours qu’il n’y a pas eu de pluies dans notre village. Donc, on a du mal à trouver avec quoi entretenir nos cultures », soutient Mamadou Aguibou Balde.

De son coté, Baldé Mamadou Hawa, le responsable du groupement de Saré Kindja, soulève un tout autre problème non des moindres : « depuis toujours on produit de l’oignon ici dans notre district. Notre principale difficulté est le manque de haie alors qu’elle est  indispensable dans la gestion d’un jardin ou d’une plantation. En plus, on n’a du mal à écouler nos produits sur le marché car, l’oignon importé inonde le marché.»

Par contre, les productrices de Koubia-Centre auraient tout perdu dans des inondations enregistrées cette année, a indiqué Binta Barry, la porte-parole des groupements. «Cette année, on a eu des difficultés car, quand on s’apprêtait à récolter, il y a eu des inondations qui ont tout ravagé sur leur passage même nos instruments de travail. En plus, des bêtes ont été emportées mais Dieu merci, aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée», a-t-elle déclaré.

Pour soulager les producteurs de Koubia, la ministre de l’Agriculture a annoncé une assistance matérielle de son département dans un bref délai.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS